Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 décembre 2010 4 23 /12 /décembre /2010 16:20

La Bouille depuis une semaine, et malgré un trafic routier et piétonnier jugé important par tout presquilien qui se respecte n'a pas jugé utile de se départir ni de sa neige ni de ses bosses. Il faut dire que le coût des bosses et les difficultés budgetaires bouillaises ne permettent d'enlever ni la neige ni la bouillasse.

La Bouille NeigeLa Bouille Neige B

C'est beau mais il vaut mieux se cramponner...

Pendant ce temps la presqu'île qui ne fait pas  beaucoup mieux sous son épais manteau blanc regarde passer les rares automobilistes comme zombis venus d'outre-seine

Bardouville Neige village ABardouville Neige village B

Ces conditions atmosphériques particulières m'ont fait découvrir un château inconnu de l'autre côté de la Seine, juste en face de Bardouville, il m'est apparu un matin, tout illuminé dans la brume

Bardouville-apparition-A.jpg

Ce n'est pas un délire, je suis à jeun à cette heure matinale.

Pour en avoir le coeur net et l'esprit tranquille j'opère une approche...

Bardouville-apparition-B.jpg

 C'est tout simplement le soleil qui a réussi à trouver un passage dans cette brume épaisse et jouant avec les arbres et la Seine nous a dessiné cet étrange château. Aussi étrange que les visions des petits enfants et quelques grands (moi inclus) quand ils regardent les nuages. Et voilà comment naissent les histoires merveilleuses...

Quoiqu'il en soit, les mouettes se joignent à moi pour vous souhaiter La-Bouille-Mouettes-a.jpg

 un joyeux Noël

Caumont maison illuminée

Merci à cet aimable Caumontais qui illumine chaque soir la route des presquiliens

 

Repost 0
19 octobre 2010 2 19 /10 /octobre /2010 16:37

Les Presquiliens sont des veinards, le secrétaire général adjoint délégué aux disfonctionnements imputables aux affaires étrangères de notre presqu'île, vient de diffuser la liste des stations ouvertes sur notre presqu'île avec, ultime bonheur, la disponibilité des carburants selon leur type.

PS Stations 00001

 Intéressant, non...

Repost 0
6 juillet 2010 2 06 /07 /juillet /2010 10:09

Bac-14-Berville-Brume-B.jpgJe ne suis pas né un 4 juillet, donc ce dimanche 4 juillet n'est pas mon anniversaire. Le soleil est déjà levé depuis deux heures au moins tandis que la Seine se prélasse dans sa couverture de brume. Numérix, mon appareil photo clique et claque d'impatience, c'est un temps idéal pour la chasse. A Anneville, le marché n'est pas encore en marche, l'étal de primeurs commence seulement à s'étaler et la remorque frigorifique du canardier frissonne à peine dans cette brume légère, je reviendrai plus tard. Direction Berville sur Seine, la Brasserie du bac qui ne fait pas brasserie, ne fait pas de café non plus tout est fermé, en tendant l'oreille on peut entendre les ronflements du cafetier qui dort là haut, fenêtre ouverte, tant pis, je reviendrai plus tard. Seul le bac 14 s'active sur la Seine embrumée, labourant l'onde profonde de son hélice supplice ou délice. Son copain, le bac 21 s'offre un peu de bon temps, peinard comme un canard à Duclair.

Bac-14-Berville-Brume.jpg

Le Quatorze accueille un presquilien matinal qui s'évade discrètement hors de sa presqu'île

Alors c'est décidé, je vais aller dire bonjour aux fleurs qui, elles, sont réveillées. Passant du côté des plantations annevillaises de pommes et autres fruits, j'aperçois, dans la brume matinale, des femmes affairées à la cueillette des groseilles  

Anneville cueillette groseilles AAnneville cueillette groseilles C

Anneville cueillette groseilles BFA-Groseilles.jpg

J'imagine déjà le filet de canard, sauce au vin de groseilles et groseilles fraîches cueillies dans la brume matinale, tout un programme...

Je décide d'aller voir la Seine au bout de l'impasse de la chaussée du pont, (voilà un nom de rue qui impose l'utilisation d'enveloppes toutes en longueur, surtout si le destinataire habite au 212 ter...). 

Anneville les drôles de bêtesA c't'heure, dans l'impasse, pas un passant, juste d'impossibles bêtes impassibles broutent et rêvassent pendant que la Seine se prélasse et passe

Retour vers le marché, je fais un détour du côté des sablières, les dragues ne draguent pas, les tapis roulants ne roulent pas, seul de vol d'une hirondelle tente vainement de déchirer cette brume

Anneville sablière brume

Le marché est à présent installé, le marchand de légumes vend ses fruits, la marchande de canards vend ses pintades, les chalands nonchalants s'attroupent autour des étals.

A ce propos, mon coup de gueule de la semaine :

J'applaudis au prix des cerises vendues ici à 2,50€ alors que je trouve scandaleux de voir des étals devant les jardins de la route des fruits qui proposent des cerises au même prix voir plus cher alors que ces particuliers particuliers, eux, ne paient ni impôts ni charges ni TVA. Voilà, c'est dit.

Je reprends mon récit, pour aussitôt le terminer, le cafetier s'est réveillé, la brume s'est levée, je regarde la Seine assis à la terrasse et me rappelle ce poème que mon fils me récitait et qui commence ainsi : la Seine a de la chance...

 

Chanson de la Seine

La Seine a de la chance,
Elle n'a pas de soucis,
Elle se la coule douce,
Le jour comme la nuit,
Et elle sort de sa source
Tout doucement sans bruit,
Et sans se faire de mousse,
Sans sortir de son lit,
Elle s'en va vers la mer
En passant par Paris.

La Seine a de la chance,
Elle n'a pas de soucis,
Et quand elle se promène,
Tout le long de ses quais
Avec sa belle robe verte,
Et ses lumières dorées,
Notre-Dame jalouse,
Immobile et sévère
Du haut de toutes ses pierres
La regarde de travers.

Mais la Seine s'en balance,
Elle n'a pas de soucis,
Elle se la coule douce,
Le jour comme la nuit,
Et s'en va vers le Havre,
Et s'en va vers la mer
En passant comme un rêve
Au milieu des mystères,
Des misères de Paris.

Jacques Prévert

Repost 0
26 mai 2010 3 26 /05 /mai /2010 17:37

A l'instar de Brassens tous les 14 juillet, tous les dimanches je reste dans mon lit douillet. Ouh là là, la nuit a été dure, j'ai l'impression d'avoir le crâne dans un étau et pourtant la soirée d'hier n'a pas été arrosée plus que de coutume, attention, j'en vois qui rigolent là-bas au fond, il va y avoir des sanctions ! J'en reviens à ma nuit, je ne sniffe pas de poudre blanche, je ne fume que des clopes et de temps à autre un havane, jamais de moquette et pourtant je l'ai vue, bien vue, Yolaine de Montigny qui devint par un simple écrit au bas d'un parchemin Dame de Bardouville, celle qui fut selon certaine légende trucidée par un mari fort marri tant ulcéré qu'il accrocha son corset sanguinolant à la fenêtre de se chambre, ceci expliquant l'origine du nom du château "le Corset Rouge". Selon une autre légende, le mari fort marri ne fit que transpercer l'amant de la belle Yolaine puis trempa le corset de Yolaine dans le sang dudit amant. Et puis il y a ma légende à moi, qui en vaut bien d'autre, celle que vous pouvez lire dans mes pages (La légende du corset rouge presque telle qu'elle fut contée en son temps 

Ce dimanche matin, je ne suis pas resté dans mon lit douillet, j'ai filé voir Numérix, mon appareil photo, et voilà ce que j'y ai trouvé, non je n'ai pas rêvé. 

Yolaine-2010.jpg

Vite direction Berville sur Seine, ouf, la brasserie qui ne fait pas brasserie est ouverte, le sourire de la patronne dans les mirettes et les bons mots du patron dans les esgourdes, un café et le journal de comptoir devant les naseaux je cherche à comprendre ce qui m'arrive... et si c'était marqué dans le journal

Moins d'un quart d'heure plus tard, j'ai tout lu, j'ai tout bu mais je n'ai rien vu. Mon Numérix serait-il aussi fou que moi ? Je crois qu'il va falloir que j'ai une explication avec lui...

Repost 0
12 mai 2010 3 12 /05 /mai /2010 09:14

Gilbert Fromager sculpteur de talent (vous pouvez admirer quelques unes de ses oeuvres ici : http://sculpteurs-bois-fer-pierre.over-blog.com/album-1098108.html) et j'espère un jour le rencontrer pour pouvoir vous présenter une autre partie de son oeuvre d'artiste, est aussi passionné par l'histoire de la presqu'île et plus largement par le canton de Duclair. Et c'est ce qui m'interesse aujourd'hui.

En effet, je me suis demandé pourquoi certaines mairies presquiliennes ont la même forme, un corps central et deux ailes, serait-ce le célèbre canard de  Duclair qui en fait vient de la presqu'île qui aurait inspiré un architecte de passage ? Eh bien non, c'est Gilbert Fromager qui m'a apporté la réponse dans un de ses livres, Le Canton de Duclair à l'aube du XXe siècle, c'est tout simplement qu'à lépoque de leur construction, fin XIXème siècle, grâce aux lois Ferry (Jules pour les intimes), les communes qui construisaient des écoles bénéficaient de subventions, alors les maires de l'époque, en bons Normands, ont construit leur mairie, le bâtiment central, coincée entre deux écoles, les ailes, une pour les filles et une pour les garçons. Et hop par ici la monnaie... malin non ? Pour illustrer mes propos, ci-après quatre mairies sur les cinq que compte la presquîle, il en manque une en effet, il s'agit de celle d'Anneville qui n'a pas cette configuration. Pour tout dire je ne suis pas sûr que toutes ces mairies aient été conçues de la sorte, mais il y a clairement un air de famille.

 

Ambourville mairie

Mairie d'Ambourville (aujourd'hui, seule l'aile droite sert de mairie annexe)

Bardouville mairie faceMairie de BardouvilleBerville mairieMairie de BervilleYville mairie faceMairie d'Yville

 

 

Repost 0
7 avril 2010 3 07 /04 /avril /2010 12:00

 Bardouville chateau corset rouge face Seine

Vue du château du corset rouge tel qu'il est aujourd'hui (on distinge la fenêtre ou était suspendu le fameux corset rouge de la belle Yolaine de Montigny, enfin c'est une légende)

C'est fait, elle est enfin en ligne, vous pouvez prendre connaissance de ce récit dans mes pages. Il suffit de prendre un bon verre, un cigare si vous fumez et de cliquer sur le lien "La légende du corset rouge presque telle qu'elle fut contée en son temps" Je dois dire que j'ai été amené à agrémenter le textes de quelques ajouts personnels afin d'améliorer la compréhension. Bonne lecture, et n'oubliez pas de fermer les volets ce soir ...

Repost 0
1 avril 2010 4 01 /04 /avril /2010 10:01

 

Si la musique ne démarre pas, cliquez sur la flèche à gauche et réglez vos sonotones, moi j'utilise le cornet, c'est plus dans l'ambiance.

 Un club de country dans la presqu'île ouvert à tous les habitants d'Anneville-Ambouville à Yville en passant par Bardouville et Berville, vite je saute sur SuperDicoEnLigne et découvre que country signifie selon l'emploi : "pays, nation, campagne, champêtre, campagnard, provincial, rural, brousse etc.". Voilà qui semble bougrement bien coller avec notre presqu’île avec des exceptions bien sûr :

- Pays, notre presqu'île en est un du fait de sa frontière naturelle, la Seine et par celle artificielle des virages du Bas-Caumont suivis des inévitables bosses bouillaises.

- Nation, non, je ne vois aucune union entre nos communes allant dans ce sens, pas d'hymne, pas de drapeau, pas même de roi ou de président... 

- Campagne, champêtre..., ça c'est sûr, nous ne pouvons le nier et c'est d'ailleurs une des principales motivations pour que nous habitions ici.

 Le club de danse country est donc le bienvenu. Je me suis donc penché sur ce qu'allait être les danses pratiquées et j'ai trouvé celles pratiquées par nos ancêtres presquiliens : Rondes Pastourelles Promenades Branles Rondanses et Rigodons. Chic, me dis-je, on va même voir les danseuses avec leurs coiffes en dentelles et les danseurs en blouses bleues...

 Et bien non, le country dont on cause, c'est le country des éleveurs (cow-boys) du Far-West des Etats-Unis d'Amérique, dommage, moi ça me plaisait bien le folk presquilien.

 

Yville salle des fêtesQuoiqu'il en soit, il y a quelques jours, le CLOP (comité des loisirs organisés de la presqu’île), s'est réuni dans la salle des fêtes d'Yville (photo ci-contre) pour entériner le projet de création d'un club de danse country. Vous pouvez donc vous adresser au CLOP à la mairie de votre commune pour vous inscrire dès aujourd'hui, dépêchez vous les places sont comptées. Le professeur mexicano-américain Jorge Foblaz assurera les cours de premier niveau tandis que l'ancienne championne de country Kat Hegory assurera les cours de perfectionnement. Et cerise sur le gâteau, je devrais dire plutôt crème sur la tatin, le premier cours sera accompagné par le guitariste country Jefferson Layklosh, inscrivez vous vite, ça va chauffer...


Repost 0
29 mars 2010 1 29 /03 /mars /2010 11:24

Un dimanche pluvieux, comme on en voit trop à mon goût en Normandie, un ciel couvert, bref un temps d'escargot, un temps qui s'écoule à son allure sur les pavés luisants. Un peu comme l'escargot, je sors de ma coquille, déploie mes antennes et me retrouve à l'embarcadère du bac, un petit café pour pouvoir faire claquer ma langue et un paquet de cigarettes pour m'enfumer les poumons histoire d'endormir les abeilles. Les patrons du bar tabac brasserie sont plutôt sympathiques et sont à l'écoute des clients, toujours prompts à assurer le service. Dommage que le mot brasserie ne soit pas vraiment justifié, ici point de cuve de fermentation ni de plat du jour canaille. Peut-être se justifie-t-il par le brassage de clientèle et d'offres, cela semble être le cas quand je m'y présente ce dimanche matin, il y a la Bervillaise venue chercher ses pains, c'est que c'midi y a du monde à la maison pardi..., le pilier Annevillais, casquette vissée sur la tête qui sirote sa bière en lisant notre journal du dimanche à nous, le Liberté Dimanche, ...tout un programme ce titre, et puis il y a un couple de Bardouvillais, Madame gratte un ticket de Morpion, ce qui vaut mieux que le contraire, et Monsieur attend sa cartouche hebdomadaire, et moi je claque la langue face à l'embarcadère.

Le vieux monstre arrive, rouge et blanc, Bac-14-timonerie.jpgc'est l'quatorze j'te dis, tabliers levés il est encore fier not'bac 14 malgré son grand âge, , le 21 est amarré, là bas de l'autre côté, tout là bas hors des frontières presquiliennes, il attend Monsieur l'Inspecteur des Affaires Maritimes qui va lui compter les gilets, les engins flottants mais aussi les engins coulants et vérifier la présence du frein à main.
Je fais grimper mon auto sul'quatorze pour ma croisière dominicale en direction de ma boucherie préférée, ben oui il n'y en a pas sur la presqu'île, je vous l'ai déjà dit, faut suivre... Au retour de mon excursion extra-frontalière, je me refais  la  croisière en sens inverse, et retrouve enfin la terre ferme de not'presqu'île. Bac 14 bouéesOuf ! le bac a tenu le coup, il ne s'est pas frotté à un cargo, il n'a pas embouti de duc d'Albe, l'atterrissage s'est passé en douceur, tout le monde applaudit le commandant, les gars du bac organisent le débarquement un peu comme on organise un défilé sur les "Champs" piétons devant, motos et cycles ensuite, première voiture du deuxième rang, premier rang etc. etc. il ne manque que la garde presquilienne, la fanfare et les majorettes, c'est beau.
Un pt'i coucou au père Louis, celui qui bucheronne à longueur d'hiver de-ci de-là, quand il ne chasse pas, et hop un arbre en bas, la tronçonneuse chante et débite à tour de bras, et pan un cochon, c'est comme cela que l'on appelle les sangliers ici, le père Louis chante et débite l'animal. Chasseur et bucheron, c'est un peu pareil ? A part le fait que les arbres courent moins vite.

Je passe à Anneville, tiens je n'avais jamais vu ce petit marché, petit oui, il n'y a qu'un seul étal mais comme il est grand on ne pouvait pas le nommer marchand de quatre saisons, pourquoi pas marché de quatre saisons pour plaire aux uns et aux autres. J'achète quelques pêches pour le canard, des carottes pour le veau et des pommes pour le boudin. Vite ça mouille, je retourne vers ma coquille comme tous les dimanches midi

Anneville-marche.jpg

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de presqu-ile-sur-seine.over-blog.com
  • Le blog de presqu-ile-sur-seine.over-blog.com
  • : Pensées et Images, impressions et suggestions sur la presqu'île délimitée par la boucle de la Seine normande dite d'Anneville-Ambourville
  • Contact

Recherche