Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 mai 2010 3 26 /05 /mai /2010 12:58

J'ai décidé de faire une petite balade, dans un petit chemin que j'ai remarqué en montant la côte de Bardouville, presqu'invisible sur la droite; Pour l'instant, pas de problème, ça descend en pente douce, à gauche des arbres en bois et à droite des prairies en herbe. A vrai dire, je n'aime pas trop les descentes car il est évident qu'il va bien falloir les remonter un moment ou un autre et d'ailleurs le chemin après un bout de plat s'enhardit en une pente raide comme la justice. Heureusement je me retrouve à l'ombre des arbres qui bordent le chemin, je m'arrête un instant pour écouter les oiseaux quand au milieu des pioupious et des fuiiit,  j'entends des bruits du type bzzzzzz, pan, pan, pan, bzzzzzz, pan, pan. Il y a vraiment de drôles d'oiseaux dans cette presqu'île me dis-je en avançant régulièrement de moins en moins vite, à cause de la pente pardi ! Passée la petite courbe je vois deux messieurs qui, s'évertuant à entourer la forêt de planches, suent sang et eau au point qu'ils peuvent sans se mouiller participer au concours de Mister tee-shirt mouillé. Ils ont vraiment de drôles d'idées ces presquiliens. Bonjour Messieurs, ça va ? Ouaip, fait chaud, hein ? Ouaip, mais l'temps va virer dès demain, pouf pouf pouf bzzzzzz, pan, pan, pan, bzzzzzz, pan, pan. font-ils pour installer leurs foutues planches. Après un salut de rigueur, je continue, ça grimpe sec, je passe devant une drôle de maison avec une drôle de cabane qui se la joue chapelle, oui une chapelle avec un sorte de petit clocheton, je vois la Seine, là bas, tout en bas. Un virage  et je me retrouve sur la route, rue des écoles ou je retrouve les écoles,

Bardouville chateau d eau antennesle château d'eau avec son antenne à micro-ondes,

 

 

 

La-Jeanne-d-Arc-a-Bardouville.jpgla mairie avec ses deux ailes qui a reçu la visite de la Jeanne avec son célèbre cul, l'église avec son cimetière et ce dernier avec son monument aux Morts pour la Patrie. Ici on fait tout sans presque se déplacer, de l'acte de naissance à l'enterrement de première classe en passant par les premières classes et le petit "oui" devant Monsieur le Maire.

C'est vrai que c'est intimidant ce tralala, Monsieur le Maire avec son écharpe aux trois couleurs (les même que celles qui décorent le cul de la Jeanne) qui nous fait un discours toujours trop long, un discours que l'on n'écoute pas puisqu'à ce moment là, on pense à toute autre chose. Et tout ça devant la famille réunie au grand complet, sauf oncle Gérard qui ne viendra pas, il est fâché avec tante Marie, une histoire de sous sûrement... Il y a aussi les amies et les amis qui gloussent, là bas au fond de la salle, ils y a toujours un truc pour rire, la tâche sur la cravate de l'Emile, la jupe sac à patates de la Claudine, les étonnamment longs poils du nez et des oreilles de Monsieur l'Adjoint au Maire, j'en passe et des... Et puis après pour ceux qui le souhaitent, il y a le passage devant Monsieur le Curé qui nous ressasse toujours les mêmes paroles au fils des ans et des mariages et même là, les amis trouvent toujours à rire. Je me souviens de ce curé trop petit pour atteindre le tabernacle, approchant son petit banc de pieds pour pouvoir atteindre le sacré Calice, il avait visiblement abusé de l'apéro ou du vin de messe, s'en était affligeant et nous rigolions en silence croyons-nous, mais les visages qui se tournaient vers nous nous signifiaient le contraire.

La balade, il n'y a rien de tel pour se rappeler ces moments là. J'en rigole encore que j'en oublierai les kilomètres, je contourne le château du Corset Rouge (voir la légende dans mes pages) et descend le chemin homonyme qui me ramène au niveau de la Seine, PS Propriété privéemais impossible de s'approcher d'elle, propriété privée, accès interdit, passe ton chemin manant le chemin de halage a été réquisitionné par le Privé, ce qui ne me semble pas très normal, PS Je chante libertéalors je continue sur le chemin goudronné, sans  ombre mais pas sans charme, je rencontre deux chevaux qui s'entraînent au couplé, un troupeau de ruminants ruminant, un tracteur qui tracte un truc, des gigots sur pattes qui gigotent, tiens la maison de Monsieur le Maire, facile à reconnaître, c'est marqué sur la boîte aux lettres, un virage et me revoilà à mon point de départ qui n'en est plus un puisque j'y arrive

Partager cet article

Repost 0
Published by Glabeach - dans Nouvelles
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de presqu-ile-sur-seine.over-blog.com
  • Le blog de presqu-ile-sur-seine.over-blog.com
  • : Pensées et Images, impressions et suggestions sur la presqu'île délimitée par la boucle de la Seine normande dite d'Anneville-Ambourville
  • Contact

Recherche